Raoul Vaneigem – Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations

Livre de Raoul Vaneigem paru en 1967 et qui exerçât une grande influence parmi les franges les plus radicales du soulèvement de mai 68 en France et durant les années qui suivirent dans les mouvements révolutionnaires autonomes à travers le monde.

« Le Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations marque l’émergence, au sein d’un monde en déclin, d’une ère radicalement nouvelle.
Au cours accéléré qui emporte depuis peu les êtres et les choses, sa limpidité n’a pas laissé de s’accroître. Je tiens pour contraire à la volonté d’autonomie individuelle le sentiment, nécessairement désespéré, d’être en proie à une conjuration universelle de circonstances hostiles. Le négatif est l’alibi d’une résignation à n’être jamais soi, à ne saisir jamais sa propre richesse de vie.
J’ai préféré fonder sur les désirs une lucidité qui, éclairant à chaque instant le combat du vivant contre la mort, révoque le plus sûrement la logique de dépérissement de la marchandise. Le fléchissement d’un profit tiré de l’exploitation et de la destruction de la nature a déterminé, à la fin du XIXe siècle, le développement d’un néocapitalisme écologique et de nouveaux modes de production. La rentabilité du vivant ne mise plus sur son épuisement mais sur sa reconstruction. La conscience de la vie à créer progresse parce que le sens des choses y contribue. Jamais les désirs, rendus à leur enfance, n’ont disposé en chacun d’une telle puissance de briser ce qui les inverse, les nie, les réifie en objets marchands. Il arrive aujourd’hui ce qu’aucune imagination n’avait osé soutenir : le processus d’alchimie individuelle n’aboutit à rien de moins qu’à la transmutation de l’histoire inhumaine en réalisation de l’humain. »

Raoul Vaneigem

Cliquer sur la couverture pour télécharger le pdf du livre :


Pour aller plus loin :
De la grève sauvage à l’autogestion généralisée
Raoul Vaneigem, une critique émancipatrice du capitalisme

Gamins! – zine pro-jeunesse (2012)

Premier et unique numéro du zine « pro-jeunesse » Gamins! intégralement réalisé par des mineurs (entre 12 et 17 ans) en 2012 afin de dénoncer la domination adulte et affirmer leur autonomie. S’il n’y eu pas de numéro deux et que leur site web à disparu, c’est que la répression parentale est passé par là… Nous le mettons en ligne afin que leurs écrits restent aisément accessibles sur la toile. Un zine à lire!

gamin_no1

Pour télécharger le fanzine cliquer sur la couverture.

Qui sommes-nous ?

Nous sommes un zine de libération mineure francophone, visant les mineur-e-s (enfants et adolescent-e-s) ainsi que leurs allié-es, ex-mineur-e-s, qui peuvent aussi nous lire et contribuer. (…)

Nous voulons que les autres mineur-e-s ne se sentent pas seul-e-s dans cette galère, et connaissent les lobbys américains ou allemands pour l’abaissement de l’âge de vote et l’obtention d’autres droits !

Nous voulons faire savoir que les jeunes veulent des droits, ce n’est pas une lubie allumée d’adultes.

Nous existons car les jeunes, enfants & adolescent-e-s, sont effacés, stéréotypés voire ridiculisés dans certains mouvements de justice sociale ainsi que dans les médias, surtout ceux qui les concernent… utilisés pour faire peur ou attendrir les adultes ! (…)

Nous sommes pour une plus grande indépendance, une plus grande mobilité et un plus grand accès à l’information pour les mineur-e-s incluant les enfants.

Nous sommes contre les châtiments corporels et les violences faites aux mineur-e-s.

Nous sommes contre le filtrage et la censure des sources d’information, qu’il s’agisse d’Internet ou d’informations sur ce qui concerne la vie d’un-e mineur-e.

Nous sommes là car les plus grandes oppressions sont celles qui vous maintiennent dans l’ignorance et l’impossibilité de vous exprimer sous prétexte de vous protéger.

Photocopiez-nous !

Yves Bonnardel – La domination adulte (vf / 72min / 2016)

Conférence d’Yves Bonnardel autour de son livre « La domination adulte ». Il y retrace une histoire des luttes des mineurs ainsi qu’une analyse critique des fondements idéologiques et matériels de cette domination structurelle.

La domination adulte est une des manifestations de l’âgisme, qui regroupe les discriminations fondées sur l’âge qui structurent nos sociétés. Les enfants sont réputés particulièrement vulnérables et écopent sous ce prétexte d’un statut, dit « de mineur », qui leur retire l’exercice des droits dont jouissent les majeurs, les adultes. Ce statut entérine en fait diverses formes de sujétions… et partant, de violences. La famille et l’école sont parmi les lieux privilégiés d’exercice de l’ordre adulte. Yves Bonnardel questionne ici l’idée d’enfance elle-même, celles de minorité (versus majorité), de protection de l’enfance et même d’éducation, pour mettre à nu les processus de domination à l’œuvre dans les rapports adultes/enfants. Non, nos sociétés ne sont pas bien-intentionnées envers les enfants !

Ainsi, pour construire un monde qui n’opprime plus les enfants, il propose l’abolition des lois âgistes et, plus généralement, d’en finir avec le statut de mineur et avec la domination adulte.

On peux également lire la préface du livre écrite par Christine Delphy sur son blog.

Catherine Baker – Insoumission à l’école obligatoire

Après que sa fille ait décidé de ne pas aller à l’école, Catherine Baker lui explique ce qu’elle pense elle-même de cette institution. Si l’école est la première cible de l’auteure, ses attaques portent sur la domination adulte et, au-delà, l’asservissement social et la gestion des individus.

La première parution de ce livre date de 1985. Si les constats que dresse Catherine Baker sont très actuels, la radicalité de la remise en cause à laquelle elle se livre est quasiment impensable aujourd’hui.

« Les intellectuels, qui se savent des privilégiés, nourrissent l’espoir d’une école où l’on respecterait mieux l’égalité des chances : ils veulent bien que tout le monde soit riche et instruit. Ce qu’ils ne veulent pas, c’est avoir une plus petite part du gâteau.[…] Tous ces gens de gauche, volontiers cyniques, savent très bien que les programmes politiques ne peuvent envisager un enseignement non obligatoire, car la gauche comme la droite a besoin de reproduire ses propres couches sociales, selon sa hiérarchie propre. Elle a ses croyances à elle qu’il lui faut bien transmettre aussi. »

Le bouquin a été réédité par Tahin Party et est disponible dans l’infokiosque du Symbiote.