Tuer le serpent noir (vostfr / 30min. / 2017)

Documentaire réalisé par Submedia sur les luttes environnementales et des communautés autochtones contre l’implantation actuelle de pipelines pétrolifères en amérique du nord. Les enjeux de pouvoir au sein des luttes et la question de la diversités des tactiques y est abordé frontalement, ce qui peut constituer une source de réflexions pertinentes pour penser nos luttes.

 

Et pourtant ils existent – Histoire du syndicalisme d’action directe (vf / 64min / 2007)

Combien de personnes savent que la CGT, quand elle s’est constituée, était différente des syndicats dits représentatifs actuels.
Entre 1895 et 1914, le syndicalisme révolutionnaire mise sur l’efficacité de la grève générale pour renverser d’un seul coup la démocratie bourgeoise et le régime capitaliste.
En 1906, la Charte d’Amiens est largement influencée par les partisans de l’action directe. Cette influence vient de la 1re Internationale, de la Commune, de la Fédération des bourses du Travail lancée par Fernand Pelloutier et traversée par le courant anarcho-syndicaliste.
Cet héritage sera revendiqué par la CGT-SR de 1926 à 1939 et la CNT depuis 1946.

IWW Rebel Voices

Les Industrial Workers of the World (IWW), un syndicat révolutionnaire international créé en 1905 aux États-Unis, particulièrement actif au début du XXe siècle. Leurs chansons étaient un élément important de la propagation des idées révolutionnaires de l’époque.

Le préambule de la Constitution des IWW déclare : La classe ouvrière et la classe patronale n’ont rien en commun. Il ne peut y avoir de paix tant que la faim et le besoin touchent des millions de travailleurs et que les quelques privilégiés, qui forment la classe patronale, jouissent de toutes les bonnes choses de la vie. La lutte entre ces deux classes doit se poursuivre jusqu’à ce que les travailleurs du monde, en tant que classe, prennent possession des moyens de production, abolissent le salariat, et vivent en harmonie avec la Terre… En lieu et place du slogan conservateur, « Un salaire journalier honnête pour une journée de travail honnête », nous devons inscrire sur notre bannière le slogan révolutionnaire, « Abolition du salariat ». C’est la mission historique de la classe laborieuse d’en finir avec le capitalisme.

IWW Rebel Voices (1991)

Liste des pistes :
01 Preamble to the IWW Constitution – Utah Phillips
02 The Organizer (Cahill) – Jeff Cahill & Mark Ross
03 Little Red Hen (Malvina Reynolds) – Faith Petric
04 Which Side Are You On (Florence Reese) – Bob Bovee
05 The Two Bums (IWW) – Utah Phillips
06 Banks of Marble (Les Rice) – Fred Holstein
07 Put it on the Ground (Ray Glaser, Bill Wolff) – Marion Wade
08 The Popular Wobbly (T Bone Slim) – Eric Glatz
09 Song of the Rail (adopted from a poem by Ralph Chaplin, music by mark Ross) – Mark Ross
10 Hold the Fort (traditional; arranged by the IWW) – Bruce Brackney
11 We Have Fed You All for a Thousand Years (unknown) – Bruce Brackney
12 Ain’t Done Nothing If You Ain’t Been Called a Red (Elliot Keenan) – Faith Petric & Mark Ross
13 Hallelujah I’m a Bum (Haywire Mac) – Bob Bovee
14 The Boss (Wobbly Doxology) – Utah Phillips
15 The Preacher & The Slave (Long Haired Preachers) (Joe Hill) – Jeff Cahill, Mark Ross, and Robin Oye
16 Mysteries of a Hobo’s Life (T-Bone Slim) – Mark Ross
17 Stung Right (Joe Hill) – Fred Holstein
18 Joe Hill’s Last Will (Joe Hill) – Kathy Taylor & Robin Oye
19 Mr. Block (Joe Hill) – Utah Phillips & Mark Ross
20 Power in the Union (Joe Hill) – Everybody

Ni Dieu ni Maitre – Une histoire de l’anarchisme (vf / 140min / 2015)

Malgré des interprétations parfois très orientés auxquelles nous ne souscrivons pas ainsi que quelques petites erreurs factuelles, un excellent documentaire pour s’initier à l’histoire du mouvement anarchiste entre les années 1840 et 1940.

Télécharger le documentaire.

Alors c’est qui les casseurs ? (vf / 36min / 2016)

Un court documentaire autour de la lutte contre la « Loi travail » au printemps 2016 en France.

Ces derniers mois, un remarquable vent de contestation s’est levé contre la loi travail.
Face à lui, le gouvernement, ses ministres, son président et sa police, ont fait le choix d’une répression politique et policière, d’un niveau rare et multiplié les coups de force afin d’étouffer le mouvement.
La précarisation, la violence sociale et la manipulation médiatique sont tout autant de symptômes qui traduisent le malaise d’une société où le peuple est stratégiquement muselé.

Ce film porte la voix de ceux qui se révoltent, quels qu’ils soient, et surtout de ceux que l’on n’entend jamais, méprisés par le pouvoir, les médias et le discours dominant.