Tuer le serpent noir (vostfr / 30min. / 2017)

Documentaire réalisé par Submedia sur les luttes environnementales et des communautés autochtones contre l’implantation actuelle de pipelines pétrolifères en amérique du nord. Les enjeux de pouvoir au sein des luttes et la question de la diversités des tactiques y est abordé frontalement, ce qui peut constituer une source de réflexions pertinentes pour penser nos luttes.

 

Yves Bonnardel – « Le concept de nature : une construction idéologique ? » (vf / 92min / 2016)

Conférence d’Yves Bonnardel autour du concept de « Nature ».

Dans nos sociétés, ce qui est réputé « naturel » est perçu comme bon, normal et souhaitable et cette idée se substitue aux questionnements moraux. Pourtant, l’idée qu’il existerait une « nature des choses », relève de la croyance. Qu’impliquerait un retour à la réflexion éthique et à l’analyse politique dans les domaines dits du personnel, de la politique, de la bioéthique, des mœurs, et même de « l’environnement » ?

Pour aller plus loin, on peux également lire les deux textes suivants d’Yves Bonnardel :

De l’appropriation… à l’idée de Nature

En finir avec l’idée de Nature, renouer avec l’éthique et la politique

Porto Marghera – les derniers tisons (vostfr / 55min / 2004)

Documentaire sur une expérience historique de l’organisation autonome des travailleurs dans la zone industrielle autour de Venise, en Italie à la fin des années 60 et au début des années 70. Récit des luttes autour du travail, du salaire, de la santé, de l’environnement…

Une brochure en Anglais détaillée contenant une analyse et des entretiens est disponible sur ici.

END:CIV (vostfr / 76min / 2011)

Bien que nous ne partagions pas toutes les analyses de Derrick Jensen autour desquelles est articulé ce film, celui-ci fait les constats qui s’imposent quant à l’étendue des ravages que le capitalisme a déjà infligé à notre écosystème. Les questions qu’il aborde – les violences systémiques sur lesquelles reposent nos sociétés, l’émergence du « capitalisme vert » (et le « green washing » qui l’accompagne), la trahison des organisations écologistes, mais surtout celle de nos propres actions face au désastre – sont de première importance pour qui se soucie du devenir des habitants de cette planète.

End:Civ examine la dépendance de notre culture envers la violence systémique et l’exploitation environnementale, et enquête sur l’épidémie de sites empoisonnés et de nations en état de choc en résultant. Basé en partie sur Endgame, le livre au succès retentissant écrit par Derrick Jensen, End:Civ pose la question : « Si ton pays se faisait envahir par des extraterrestres qui coupent des forêts, qui empoisonnent l’eau et l’air et contaminent les réserves de nourriture, résisterais-tu? »

Les causes profondes des effondrements de civilisations sont habituellement la sur-utilisation des ressources. Alors que nous écrivons ces mots, le monde agonise en raison d’un chaos économique, du pic pétrolier, du changement climatique, de la dégradation de l’environnement et de l’agitation politique. Tous les jours, les Unes nous parlent d’histoires de scandales et de trahison de la confiance du peuple. Nous n’avons même pas à exiger avec indignation la fin du système mondial actuel : il semble déjà se désagréger.

Cependant, des actes de courage, de compassion et d’altruisme abondent, même dans les endroits les plus affectés. En documentant d’une part, la résistance de ceux et celles qui sont le plus touché-e-s par la guerre et la répression, et d’autre part, l’héroïsme de ceux et celles qui vont de l’avant pour confronter la crise la tête haute, End:Civ présente une piste pour sortir de cette folie dévorante et aller vers un avenir plus sain.

End:Civ présente des entrevues avec Paul Watson, Waziyatawin, Gord Hill, Michael Becker, Peter Gelderloos, Lierre Keith, James Howard Kunstler, Stephanie McMillan, Qwatsinas, Rod Coronado, et John Zerzan, entre autres.